Travailler plus longtemps en Belgique, bientôt une réalité...

mardi 10 juin 2014, par Guy Niole

Selon une étude de l’OCDE, prise très au sérieux par notre chère Banque Nationale, il serait possible d’assainir les finances publiques en faisant travailler les vieux plus longtemps.

Oui, mais jusqu’à quand ?

Au finish pardi !

Il n’est de secret pour personne, on pousse l’âge de la retraite de plus en plus tardivement. Nous en somme à 65 ans pour l’instant et ce n’est pas fini.

Si nous comprenons bien : Le principal problème de notre pays est principalement lié à l’inactivité de parties de plus en plus larges de travailleurs inactifs. Tantôt des jeunes, trop peu expérimentés pour être valides sur le marché de l’emploi et tantôt trop vieux pour être réellement efficaces.

Face à ce fléau, auquel personne n’échappera, nous avons créé, au sein de notre faculté, une « start-up » de consultants spécialisés en aménagement du troisième-âge pour les entreprises qui souhaitent occuper nos seniors jusqu’au finish !

Quel intérêt me direz-vous ?

Rappelons que ces « nouveaux » travailleurs arrivent souvent à un âge où ils ne savent plus s’ils ont été payés ou pas. A vous de les convaincre que oui.

Nous proposons un matériel adapté à ces employés de demain, allant des chaises de bureau percées et/ou roulantes, jusqu’aux langes aux couleurs de l’entreprise. En passant bien-sûr par des tribunes aménagées aux ascenseurs ou aux escaliers et, pour les établissements les plus soucieux du bien être de leurs travailleurs, un monte-escalier adapté au va-et-vient des plus grabataires d’entre-eux.

Nous conseillons également, à toutes nouvelles entreprises, d’aménager leurs locaux près des hospices. En effet, passé un certain âge, les transports en commun deviennent impraticables. Et puis, imaginez les embarras de circulation causés par des nonagénaires au volant...

Sachez que nous avons déjà comme gros client potentiel le FOREM, lequel souhaite aménager ses salles d’attente pour que cette nouvelle population puisse patienter, en toute quiétude, leur tout aux entretiens dans le cadre du plan d’accompagnement de suivi actif des seniors chômeurs.

Le secteur de l’emploi du troisième-âge, représente un avenir pour toute entreprise qui souhaite investir dans cette problématique en plein développement.

Et ne doutons pas que l’assainissement des finances ira sûrement jusqu’à mettre au travail tous les « improductifs » de Belgique, tels les tétraplégiques, les déments, les comateux, …

De quoi donner un grand coup de fouet à l’emploi, n’est-ce pas ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2006-2017 La Faculté Universitaire de Belgologie
Site web motorisé par Spip sous la licence GNU/GPL Design-Concept Claude Codden